Médiation

Chépas
Crédit photo : Collectif OUNI
Créateur

Le collectif d’artistes OUNI : Arthur Zerktouni (artiste plasticien) et Farid Ayelem Rahmouni (chorégraphe)

Lire l’interview

Mécanismes
Pour qui ?

Les collégiens

Public
Préscripteurs

Aller plus loin

Sources

Le site de Arthur Zerktouni

Le site de Farid Rahmouni

La vidéo générative issue du jeu.

 

Références complémentaires

Quelques médiations numériques menées avec le collectif OUNI et d’autres artistes au sein de Stéréolux :
2017-2018
2018-2019

Sélection éditoriale

Le : 19 mars 2021, par Eléonore Lassalle

Faire danser des collégiens en créant un jeu

-44- Chépas : s’inspirer de Fortnite dans une médiation artistique pour danser et s’exprimer.


L’essentiel

Chépas est le résultat d’un atelier animé au sein d’un collège, par les artistes Arthur Zerktouni et Farid Rahmouni dans le cadre d’une résidence avec l’espace de création StéréoLux. La médiation avait pour but de mettre en mouvement les collégiens.

Après une interview avec les adolescents, et les avoir vus imiter des danses de la victoire du jeu Fortnite, les artistes ont choisi de leur faire créer un jeu dont ils seront les personnages.

Description du cas d'usage

Les objectifs

L’adolescence, avec le passage au collège, est un moment de transformations profondes où les relations à son corps et au regard des autres sont chamboulées. Les objectifs de cette médiation étaient de reconnecter les collégiens avec leur corps, en les mettant en mouvement et en les mettant dans une démarche de création.

L’adolescence, avec le passage au collège, est un moment de transformations profondes où les relations à son corps et au regard des autres sont chamboulées. Les objectifs de cette médiation étaient de reconnecter les collégiens avec leur corps, en les mettant en mouvement et en les mettant dans une démarche de création.


Le jeu

Le sujet de la médiation a été inspiré par Fortnite, un jeu multijoueur en ligne très populaire auprès des adolescents, où les vainqueurs font une danse de la victoire.

La médiation a consisté à accompagner les adolescents pour créer un jeu :  ils se sont pris en photo dans différentes poses pour créer les personnages. Le scénario amène le joueur à affronter le monstre Chépas, qui incarne la vision de l’avenir des adolescents. En cas de victoire, les silhouettes se rassemblent pour danser.

Au final, c’est le processus de création qui a été important, plus que le jeu. Par ailleurs, si le jeu a bien été créé, c’est une vidéo générative produite par les élèves qui a été diffusée.

Mise en oeuvre

Contexte

La médiation s’est déroulée dans un cadre scolaire, en relation avec le collège de Chantenay, dans le cadre d’une résidence artistique portée par StéréoLux. Elle a duré une semaine.

Chépas s’inscrit dans un cycle médiation plus large porté par le collectif d’artistes OUNI nommé QRCodeProject. Ces médiations visent aider les participant à s’exprimer et à remettre leurs corps en mouvement, en s’appuyant sur la création, l’expression et le numérique. Au sein du collège, la demande initiale était de « Faire une vidéo sur support numérique, où les collégiens dansent »

La médiation s’est déroulée dans un cadre scolaire, en relation avec le collège de Chantenay, dans le cadre d’une résidence artistique portée par StéréoLux. Elle a duré une semaine.

Chépas s’inscrit dans un cycle médiation plus large porté par le collectif d’artistes OUNI nommé QRCodeProject. Ces médiations visent aider les participant à s’exprimer et à remettre leurs corps en mouvement, en s’appuyant sur la création, l’expression et le numérique. Au sein du collège, la demande initiale était de « Faire une vidéo sur support numérique, où les collégiens dansent »


Utilisation du jeu

Dans cet exemple, ce n’est pas le jeu qui est le support de médiation, mais son processus de création.

La médiation s’est organisée en 4 phases :

  • Démarrage : la définition du thème de la médiation
  • Protocole d’interview : de l’incertitude individuelle à la narration collective
  • Création : de la narration à la technique
  • Finition : de la technique à la danse

Démarrage : la définition du thème de la médiation

Chépas résulte de la créativité et des centres d’intérêt des adolescents : Arthur et Farid se sont rendus sur place avec l’intention de travailler sur le thème de la danse, mais sans idée précise de ce qu’ils allaient créer avec les jeunes. C’est après discussion avec eux et les avoir observés imiter les danses de la victoire du jeu Fortnite, qu’ils ont construit la médiation.

Protocole d’interview : de l’incertitude individuelle à la narration collective

Les artistes ont mis en œuvre un protocole d’interview pour définir des pistes de narration. La question principale était la manière dont ils voyaient l’avenir. La réponse la plus fréquente a été “Je ne sais pas”. Un projet de narration collective en est sorti : affronter le monstre Chépas, constitué de la somme des monstres dessinés par chaque ado.

Création : de la narration à la technique

Sur la base de cette narration collective, le projet a pris la forme d’un platformer.

Ce sont les adolescents qui ont pris à bras le corps la réalisation technique : pour créer les personnages, ils ont pris en photos les mouvements de leurs corps, les ont décomposés, puis assemblés pour en faire des animations.

Ils ont dessiné leurs super pouvoirs, puis les ont mis en sprite. Et finalement, ils ont participé à la programmation du jeu pour le finaliser.

Finition : de la technique à la danse

Lors de ce processus de création, les collégiens se sont rendu compte que les animations des personnages étaient saccadées. Pour avoir plus de fluidité, ils se sont spontanément mis à danser lors des prises de vue.

Comprendre

Mécanismes mobilisés

Cette médiation a mis plusieurs mécanismes en jeu :

  • L’intérêt pour “Fortnite”, un jeu avec des danses et inspirant des imitations
  • La création de A à Z pour se sentir valorisés.
  • Faire rentrer le jeu dans le collège, et valoriser leur centre d’intérêt
  • Rentrer dans l’univers du jeu, pour permettre d’exprimer des peurs sur des sujets difficiles

L’intérêt pour “Fortnite”, un jeu avec des danses et inspirant des imitations

Un des centres d’intérêt des collégiens était le jeu Fortnite, qui est connu pour ses danses de la victoire faites par les personnages. Les ados se sont rapidement mis à imiter ces danses et ont créé les leurs.

Création de A à Z pour se sentir valorisés

Les collégiens ont réalisé le jeu dans son entièreté avec l’aide d’Arthur et de Farid. Le fait de réaliser la médiation dans le cadre du collège a permis aux élèves d’apprendre d’une autre manière dans un environnement scolaire, mais aussi, aux enseignants d’avoir un nouveau regard sur leurs élèves.

Faire rentrer le jeu dans le collège et valoriser leur centre d’intérêt

Les jeux vidéo sont un des centres d’intérêt des collégiens, mais il est bien souvent mal vu par les adultes. En travaillant à la création d’un jeu dans le cadre du collège, cet objet culturel devient finalement “digne d’intérêt”. Ce qui est très valorisant pour les collégiens.

Rentrer dans l’univers du jeu a permis d’exprimer des peurs sur des sujets difficiles

Se retrouver dans l’univers du jeu, qui est un monde connu des collégiens, leur a permis d’adresser des peurs et sujets durs, comme le viol ou les violences faites aux enfants. Notamment, lors de la création des super pouvoirs, ils ont pu exprimer certains questionnements et opinions.


Exemple de mise en oeuvre

Cette médiation a été réalisée une seule fois. Mais Farid Rahmouni pense l’amener à d’autres publics.

Cette médiation a été réalisée une seule fois. Mais Farid Rahmouni pense l’amener à d’autres publics.


Retours d'expérience

L’un des résultats les plus importants est que les ados se sont mis d’eux-mêmes à danser, alors qu’ils étaient très réticents au démarrage de la médiation.

Ils ont pu exprimer leur anxiété envers l’avenir, et en parler entre eux. Certains ont pu aborder des sujets difficiles par le biais de leurs “super pouvoirs”.

Le regard des enseignants sur leurs élèves a changé en les voyant s’approprier la gestion de projet.

L’un des résultats les plus importants est que les ados se sont mis d’eux-mêmes à danser, alors qu’ils étaient très réticents au démarrage de la médiation.

Ils ont pu exprimer leur anxiété envers l’avenir, et en parler entre eux. Certains ont pu aborder des sujets difficiles par le biais de leurs “super pouvoirs”.

Le regard des enseignants sur leurs élèves a changé en les voyant s’approprier la gestion de projet.


Découvrez également